La boucle de Marie Blanque en VAE
>>
Accueil
>
VAE
>
La boucle de Marie Blanque en VAE
BIELLE

La boucle de Marie Blanque en VAE

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
La boucle de Marie Blanque en VAE
C’est souvent sur « le » Marie-Blanque que le cyclosportif béarnais fait sa première ascension de l’année. Sa situation en entrée de vallée et ses 1035 m d’altitude le rendent accessible dès les beaux jours du printemps. C’est également un col prisé classé en première catégorie qui a vu passer pas moins de 13 fois le Tour de France. Ce gage de qualité et d’exigence incite à la prudence et à un minimum de préparation physique. Même avec une assistance électrique, les quelques sections à plus de 8% associées à une longue itinérance devront se gérer avec finesse pour garder suffisamment d’énergie et boucler la boucle dans les meilleures conditions. Mais le défi technologique et physique sera source de plaisirs sur un itinéraire d’une grande variété, entre les vastes panoramas ossalois et les discrètes et paisibles routes Aspoises. En résumé, un circuit de premier choix à faire sans hésiter.

Les 7 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine bâti

    Le village de Bilhères

    Bilhères-en-Ossau est un village très représentatif de l'habitat montagnard : tourné vers le soleil pour affronter les rigueurs de l'hiver, un habitat groupé pour laisser disponible le maximum de terres cultivables, des prés entretenus, fauchés, et délimités par des murets en pierre, la ressource en bois de chauffe à portée de main dans les pentes les plus fortes.
  • Point de vue

    la vue panoramique

    Au sommet, très beau panorama à 360°. Il existe vraiment peu de randonnées aussi accessibles qui offrent un tel panorama à leur sommet. Du Pays basque au fin fond de la Bigorre en passant par Pau, Lourdes et jusqu’aux abords de l’Espagne, la vue y est à 360°. Certains disent que par temps très clair on y verrait même l’océan !
  • Patrimoine bâti

    Les géodésiens

    Les GéodésiensPar sa situation géographique, en bordure de chaîne, le Pic des Escurets servit au XIXe siècle de point géodésique lors de la campagne de cartographie des Pyrénées. Les officiers géo-désiens, militaires français chargés d’effectuer des relevés topographiques, édifiaient sur ces sommets « phares » des pyramides métalliques à partir desquelles ils faisaient des triangulations qui permirent aux cartographes de dessiner les nouvelles cartes d’État Major. Les plus célèbres d’entre eux, Peytier et Hossard, laissèrent leurs noms sur les hauts sommets qu’ils gravirent tels que le Palas et le Balaïtous en accomplissant de vrais exploits d’alpinistes.
  • Site naturel

    Massif de Lazerque

    Près du sommet, promenade possible (attention, randonnée non balisée) sur le massif de Lazerque qui offre une belle vue sur le piémont. Il offre, depuis les hauteurs du massif, de superbes perspectives sur la plaine et le Piémont. Il est accessible depuis Arudy ou Iseste via le plateau du Zoum côté est, situé sur l’étape GRP.
  • Patrimoine bâti

    Les Moulins

    On peut voir sur la route du retour des anciens moulins, animés autrefois par la force du Barescou. Les fermiers venaient y faire moudre les céréales pour le pain.
  • Point de vue

    Belles pistes

    La montagne basque dans toute sa splendeur.
  • Point de vue

    Le point de vue sur les montagnes

    De multiples points de vue sur les montagnes s’offrent au promeneur : d’abord dans une orientation ouest/est sur les contreforts pyrénéens et notamment le massif de Lazerque. Puis, en piquant vers le sud sur la montagne du Rey, la Pène de Béon ou encore le fond de vallée,.. Les aires de repos, agrémentées de tables et bancs, permettent d’en profiter pleinement !

Description

  1. Quitter le parking en prenant à gauche pour rouler 200 m sur la D934. Juste avant l’Hôtel de l’Ayguelade, tourner à droite et suivre une discrète route goudronnée s’élevant fortement sur quelques dizaines de mètres. A la Voie verte, prendre à gauche jusqu’au rond-point. Suivre à droite la D2934B en direction du col de Marie-Blanque. Après quelques tours de roues, la pente se redresse vite à la sortie du premier lacet (10%). L’assistance devient utile jusqu’à dépasser la chapelle de Houndas (10,5 km) et rejoindre le plateau du Benou. Le pas du Porteigt (11,5 km) donne accès au plateau de Benou, une vaste étendue de prés pâturés par les vaches et les chevaux en circulation libre. La route se prolonge à gauche au milieu des granges (1 km à plat) : c'est le moment de stopper l’assistance électrique et de profiter de ce paysage de carte postale. En entrant dans la forêt, la pente redevient forte (9 à 10% sur 900 m) le temps des deux lacets du ravin de l'Artigasse, puis c'est même en légère descente que la route rapproche du col. Seul le dernier kilomètre remonte doucement dans la forêt (4 %) pour arriver au col de Marie-Blanque.
  2. La bascule sur le versant Aspois se fait dans la petite vallée encaissée du Barescou. C’est le moment de couper l’assistance électrique est de se laisser porter. Un premier virage en épingle nécessite de la prudence et une bonne maîtrise de sa vitesse sur des pentes allant jusqu’à 13%. La route en partie arborée peut garder longtemps l’humidité et se révèler réfractaire aux forts coups de freins. La trajectoire ainsi que le dénivelé s’adoucissent au fil des 10 km qui séparent le col au village d’Escot. Quelques belles fermes béarnaises jalonnent le parcours et l’arrivée à Escot offre un nouveau paysage. A la première intersection, suivre à droite la D238 en direction de Lurbe. Ce parcours à flanc de vallée alterne une succession de bosses et de replats avec lesquels il faut jouer délicatement de l’assistance électrique, voire même, s’en passer. A ce stade, une batterie à mi-charge s’avère indispensable pour espérer rentrer sans difficulté. La paisible départementale descend la vallée d’Aspe d’où l’on aperçoit en contre bas le Gave éponyme. La perspective plongeante et son ambiance bucolique fond de ce tronçon peu fréquenté un des plus beaux du circuit. Traverser Lurbe.
  3. Au Stop à la sortie de Lurbe, suivre à droite la D918 en direction d’Arudy. L’entrée de la Route du Bager s’élève subitement sur un bon km. Bref mais intense, le « coup de cul » fait place à une belle descente pour passer à proximité des anciens thermes de St Christau. Rester sur la D918 jusqu’à rejoindre Arudy. Ces 17 km sur une route ombragée et peu fréquentée font apprécier le statut de cyclotouriste où chaque boucle et autres bosses donnent toute la mesure au VAE. Un œil rivé sur le niveau de charge et l’arrivée à Arudy se fait sans encombre. Au km 43, suivre à droite la D918 pour entrer dans Arudy. Le retour à la civilisation se fait sans transition en arrivant sur la D920. Prendre à droite en direction de Laruns. Prudence jusqu’au rond-point. Avant la deuxième sortie, prendre la voie verte sur la droite et la remonter sur 2,1 km jusqu’au rond-point de la D934. Traverser puis suivre la route du camping. L’accès à une nouvelle portion de voie verte se fait par un discret tunnel à droite suivi d’une forte montée. Sortie à 1,7 km après l’ancienne gare.

Informations touristiques complémentaires :

https://resa.tourisme64.com/itineraire/BIELLE/ITIAQU064V5BQCFV-La-boucle-de-Marie-Blanque-en-VAE-

  • Départ : Bielle
  • Arrivée : Bielle
  • Communes traversées : BIELLE, BILHERES, ESCOT, LURBE-SAINT-CHRISTAU, OLORON-SAINTE-MARIE, ARUDY, BUZY, IZESTE et LOUVIE-JUZON

Profil altimétrique


En savoir plus


Source

Communauté de communes de la Vallée d'Ossau

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :