Ahüzki - Trail
>>
Accueil
>
Trail
>
Ahüzki - Trail
ALCAY-ALCABEHETY-SUNHARETTE

Ahüzki - Trail

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Ahüzki, connu par sa célèbre fontaine est aussi un haut lieu du pastoralisme en Soule. Cette très belle randonnée permet de découvrir un milieu très original aux multiples facettes. C’est le massif karstique des Arbailles, une moyenne montagne humanisée. Tout y est : le patrimoine naturel avec des curiosités géologiques surprenantes, une faune et une flore très riches, mais aussi la relation étroite entre l’homme et le milieu, avec les pâturages et les nombreux troupeaux en estive. L’itinéraire passe près de plusieurs cayolars et offre des points de vue saisissants sur la montagne basque.

Les 3 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine bâti

    Ahüzki et sa source célèbre

    La fontaine d’« Ahusquy » jaillit à 1110 mètres d’altitude. Cette fontaine aurait, selon des rumeurs, des vertus de guérison des maladies de l’appareil urinaire. Elle aurait même guéri le général Harispe en 1851… Véridiques ou non ses vertus l’on vite rendu célèbre…Il y avait, fin XIXème et début XXème, trois hôtels de cure à Ahüzki. Comme il n‘y avait pas de route carrossable, les curistes montaient à dos de mule. Aujourd'hui, il reste une auberge, fameuse dans la région, ouverte de mai à septembre.
  • Site naturel

    L'exploitation de la forêt

    Dès le XVIIIème siècle, la forêt va connaître des changements consécutifs à la production de charbon de bois pour l’industrie. Plus de 50 ouvriers travaillaient avec l’assistance d’une quinzaine de mulets pour les transports. Des activités artisanales se développent pour s’éteindre vers 1930 : fabrication de sabots et de quilles à jouer, de cercles de tamis, de bardeaux… Dans les années 1920-1950, c’est l’époque de l’utilisation du câble pour l’exploitation des forêts. A partir des années soixante se développe le réseau routier qui dessert principalement les secteurs nord moins lapiazés.
  • Site naturel

    Le karst des Arbailles

    Le massif des Arbailles est formé de roches calcaires que l’eau dissout très facilement, ce qui explique les formes particulières d’érosion (karstification) et le creusement de grottes et de galeries souterraines.. L’intérêt des paysages du massif des Arbailles réside dans la variété des formes karstiques : haute surface à butes séparées par un système de vallées sèches et de grandes dépressions (mégadolines, poljés…) L’eau s’infiltre dans le sous-sol en empruntant les nombreuses fissures des roches calcaires, pour réapparaître plus bas par des émergences puissantes comme les « sources de la BIdouze ». L’eau superficielle est donc quasi inexistante sur ces reliefs.

Description

  1. Repérer le panneau « Fontaine d’Ahüski ». Se diriger vers l’auberge et suivre la route qui monte en lacets vers la fontaine. Suivant la saison, on peut observer de nombreuses orchis (genre d'orchidées) au bord du chemin. Après quelques virages, prendre le sentier à gauche. Penser à faire le plein d’eau en passant à la source, c’est le seul point d’eau de l’itinéraire. Redescendre légèrement et longer les abreuvoirs. Le sentier progresse maintenant à flanc de montagne et, après plusieurs passages rocheux, débouche sur un vaste dôme arrondi. Attention, être très vigilant par temps de brouillard car c’est une zone de pâturages sans sentier bien marqué, sans relief pour se repérer. Suivre les piquets de balisage en restant le plus possible sur la croupe légèrement descendante en direction d’un bosquet de hêtres. Passer à droite des arbres et descendre plus franchement. La sente est maintenant mieux marquée. Suivre les piquets jusqu’à la piste. Tourner à droite et avancer jusqu’au cayolar de Lexarregibela tout proche. Fin de la piste.
  2. Passer entre le cayolar et la salle de traite pour se diriger vers un petit vallon herbeux que l’on suit jusqu’à l’entrée de la forêt. A partir de là, changement de décor : on évolue dans une zone de lapiaz sous couvert forestier. Suivre le sentier creusé dans le rocher ou empierré par nos ancêtres pour faciliter la progression dans ce que le géographe Georges Viers nommait « l’enfer des lapiaz ». Franchir un petit col et descendre en lacets. Le sentier traverse une piste forestière et, après de nouveaux lacets, débouche sur un immense plateau : le poljé d’Elzarre.
  3. Prendre la piste à gauche. Longer le plateau avant d’entrer dans le bois. Remonter jusqu’au cayolar d’Istaurdi à 2,5 km d’Elzarre. Ne pas prendre à gauche la piste qui mène à Lexarregibela. Continuer tout droit jusqu’à une épingle à cheveux, au niveau d’un ravin.
  4. Quitter la route et monter par un sentier à gauche du ravin. On atteint bientôt le col d’Inharpu près de la D417. Ne pas prendre la route et monter à gauche sur une centaine de mètres en suivant les piquets de balisage. Suivre le sentier qui surplombe la route jusqu’au virage au-dessus de l’auberge et rejoindre le parking par la petite route.

Informations touristiques complémentaires :

https://resa.tourisme64.com/itineraire/AUSSURUCQ/ITIAQU064V5BH1X3-Ahüzki---Trail

  • Départ : Aussurucq
  • Arrivée : Aussurucq
  • Communes traversées : ALCAY-ALCABEHETY-SUNHARETTE, AUSSURUCQ et BEHORLEGUY

Profil altimétrique


Lieux de renseignement

Office de Tourisme Pays Basque

https://www.en-pays-basque.fr/


En savoir plus


Source

Bureau d'Accueil Touristique de Tardets - Office de Tourisme Pays Basque

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :