La boucle Col d'Aubisque - Col du Soulor à vélo
>>
Accueil
>
Vélo
>
La boucle Col d'Aubisque - Col du Soulor à vélo
LOUVIE-JUZON

La boucle Col d'Aubisque - Col du Soulor à vélo

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
La boucle Col d'Aubisque - Col du Soulor à vélo
Gravir le col d'Aubisque à vélo est une expérience incontournable de la vallée d'Ossau. Avec son ruban de bitume qui s'extirpe des profondes vallées boisées pour aller musarder sur les accueillantes estives d'altitude par un serpentin improbable, l'Aubisque est même emblématique des cols pyrénéens. Envisagé en boucle, les cyclistes entraînés pourront se lancer à l'aventure vers le col du Soulor, par l'audacieuse et historique route thermale. La traversée du cirque du Litor est d'une esthétique folle, une expérience poignante lorsque l'asphalte défie les falaises et semble convertir les cyclistes en funambules. Les pâturages sont de nouveau légion au col du Soulor, et c'est par la secrète vallée de l'Ouzom, pastorale et paisible, que vous filerez vers le piémont pyrénéen. Veillez à garder quelques forces, car ce dernier est bosselé et vous propose une demi-douzaine de côtes sérieuses pou

Description

  1. En sortant du parking du foyer rural, prendre vers la droite la route de Castet. Après une petite bosse d'échauffement, la route traverse le village de Castet et longe son plan d'eau. Continuer sur la route principale jusqu'au carrefour au sein de Béon (6km) : suivre la rue à gauche entre les maisons, au-delà de la chapelle Saint-Félix. La route visite Aste-Béon, puis redescend de son promontoire vers le fond de vallée, où elle continue à musarder en rive droite orographique, entre les prés. Traverser un plateau (site d'arrivée d'étape du Tour en 2018 et 2020). Au petit rond-point de Béost (11,2 km), tourner à droite (pont sur le gave) et, au carrefour en T, emprunter la D934 à gauche pour entrer dans Laruns. Longer la piscine puis monter à droite vers le centre-ville. Sur la place centrale de Laruns (12,4 km), contourner la fontaine et suivre à gauche la rue ascendante (« toutes directions »). Prendre deux fois à gauche pour passer derrière le fronton, puis à droite vers « Espagne » pour sortir du village. La route monte vers une intersection entre col d'Aubisque et col du Pourtalet (14,2 km) : bifurquer à gauche pour débuter l'ascension. Une première partie facile conduit à la station thermale des Eaux-Bonnes (5% de moyenne sur 4 km), où l'on contourne la place centrale par la droite (18,1 km). Prolonger vers Gourette avec une section plus sérieuse à 8%, puis une accalmie à 4% jusqu'à franchir un pont sur le Valentin. Un panneau indiquant une rampe à 13% marque le début d'une partie plus soutenue jusqu'à Gourette (8,5% de moyenne sur 6 km), avec toujours des rampes coriaces (10%) au passage sous les paravalanches. La station de Gourette accorde un peu de répit horizontal ; poursuivre l'ascension à gauche à l'Office de Tourisme (26,4 km). La route sillonne dans un bois clair (8%) et découvre le belvédère des Crêtes Blanches. Il reste deux kilomètres à gravir (10 et 8%) au milieu des estives panoramiques pour rallier le col d'Aubisque et sa pause méritée (30,55 km). Basculer sur le versant opposé par une descente sinueuse vers la vallée du Litor. Après la forêt et la cabane pastorale d'Arbaze, la route audacieuse offre un grand spectacle : elle passe à flanc de falaise et traverse deux tunnels rocheux. Après ce passage en balcon, le bitume s'élève à l'entrée du département des Hautes-Pyrénées et rejoint le col du Soulor (un premier kilomètre à 9 %, le second plus facile).
  2. Au col du Soulor (40 km), descendre à gauche la D126 vers Ferrières et Arbéost. Filer en descente dans les pâturages puis, après le passage du défilé de Tartas, la route domine les granges et le tableau verdoyant de la haute vallée de l'Ouzom. Deux lacets annoncent l'entrée dans Arbéost (48,5 km). Continuer à descendre en forêt jusqu'à Ferrières (51,7 km) ; la route file par un long faux-plat descendant dans la profonde vallée, en rive droite de l'Ouzom (quelques voies en sens unique). C'est seulement lorsqu'elle passe côté gauche du torrent (58,9 km) que la route remonte légèrement et rejoint le village d'Arthez d'Asson. Au rond-point de la mairie (61,9 km), aller tout droit sur 100 m, puis tourner à gauche, puis aussitôt à droite, vers « église » et « cimetière ». Sur la place de l'église d'Arthez d'Asson (62,2 km – sanitaires), prendre à droite le Chemin du Presbytère et, dans la continuité, la route fléchée « Bruges ». En deux lacets et une ligne droite, il faut vaincre une côte très raide qui brûle les cuisses (15% sur 400 m). Après une légère descente, au sommet de la bosse, tourner à gauche à l'intersection, route de Bruges. Elle passe par une hauteur panoramique puis traverse quelques quartiers. A l'intersection en Y (65,3 km), laisser à droite la route de Sarramayou et poursuivre par une belle descente à gauche. En fond de vallée, au carrefour routier (68 km), continuer tout droit (pont), par la route dite Chemin des Forges. Elle remonte vers Bruges : à la patte d'oie, emprunter la route de gauche pour contourner le quartier Maubec et rejoindre l'église de Bruges.
  3. Traverser la place à arcades de la mairie de Bruges (69,4 km) et choisir à gauche la D35 vers Mifaget et Laruns. Juste après église et mairie de Mifaget, bifurquer à droite vers Lys (route de Sainte-Colome). Après une partie sur un revêtement médiocre, la route bifurque à droite et arpente un dos de colline entre les corps de ferme. A l'intersection avec la D232 (73,9 km - croix), l'emprunter à gauche vers Sainte-Colome. Une première rampe annonce une belle bosse (7,5% sur 1,1 km), puis la route ondule sur les collines jusqu'à monter à Sainte-Colome (5% sur 1,3 km). Longer l'église de Sainte-Colome (80 km) pour sortir du village par la route principale ; elle descend jusqu'à Sévignacq-Meyracq. Au feu tricolore, suivre la D934 à gauche. En bas, laisser à droite l'entrée dans Arudy et continuer tout droit (D934) pour retrouver Louvie-Juzon. Juste avant l'Auberge du Caviste, tourner à gauche dans une rue en sens unique qui retrouve directement la place centrale de Louvie-Juzon, et le foyer rural.

Informations touristiques complémentaires :

https://resa.tourisme64.com/itineraire/LOUVIE-JUZON/ITIAQU064V5BQDQ0-La-boucle-Col-d'Aubisque---Col-du-Soulor-à-vélo-

  • Départ : Louvie-juzon
  • Arrivée : Louvie-juzon
  • Communes traversées : LOUVIE-JUZON, CASTET, BIELLE, ASTE-BEON, LARUNS, LOUVIE-SOUBIRON, BEOST, EAUX-BONNES, ASSON, ARTHEZ-D'ASSON, BRUGES-CAPBIS-MIFAGET, LYS, SAINTE-COLOME et SEVIGNACQ-MEYRACQ

Les 12 patrimoines à découvrir

  • Patrimoine bâti

    Le village de Castet

    Le village de Castet tient son nom de la présence d'un château médiéval du XIIe siècle sur un promontoire d'origine glaciaire, dominant le gave d'Ossau. S'il ne reste aujourd'hui que le donjon de l'édifice, l'ensemble crée un décor harmonieux avec le plan d'eau mitoyen, dédié aux promenades par son accès occidental.
  • Patrimoine bâti

    Chapelle Saint-Félix de Béon

    La petite chapelle Saint-Félix domine les traditionnelles maisons ossaloises du village de Béon. Autrefois dédiée à Saint-Julien, invoqué contre les voleurs ou pour retrouver des objets perdus, elle fut un ancien ermitage. Remarquer sa porte gothique et son claveau sculpté
  • Patrimoine bâti

    Villages

    Les traversées de villages, les pistes sur les versants qui donnent envie d'aller voir le paysage de plus haut! Chaque village a ses spécificités architecturales avec son petit patrimoine bâti qui vaut le détour. Sur plusieurs villages, possibilité de parcours ludiques avec l'application Terra Aventura : Gère Belesten, Bielle sur ce parcours.
  • Patrimoine bâti

    Fontaine de la place principale

    Trônant au centre de la place principale de Laruns, la fontaine de style IIIème empire reflète l'influence architecturale des stations thermales voisines : Eaux-Bonnes et Eaux-Chaudes. Elle permet également de rappeler l’activité en vogue à cette période pour la bourgeoisie : aller prendre les eaux dans les stations thermales d’altitude.
  • Site culturel

    Laruns

    Laruns est la commune la plus vaste de Nouvelle Aquitaine et s'étend jusqu'à la frontière espagnole. La halle avec ses arcades, accueille le marché hebdomadaire le samedi matin et la foire au fromage le premier we d'octobre. La place centrale s'orne d'une belle fontaine en marbre blanc de Louvie-Soubiron. Au Jardin des Mémoires, un monument dédié à JB Guindey, enfant de Laruns, il tua en 1806 à Saafeld le prince Louis de Prusse. La rue du Port rappelle le temps où la forêt de Laruns était exploitée pour fournir des mâts à la Marine Royale Française. Un circuit patrimoine à découvrir!
  • Patrimoine bâti

    Usine hydroélectrique du Hourat

    La centrale Hydro-électrique du Hourat s'inscrit au cœur d'un réseau de canaux qui alimente toute la vallée d'Ossau. L'eau qui arrive au Hourat a déjà accompli un long trajet puisqu'elle est tirée du lac de Fabrèges et filtrée à la centrale de Miégebat, un peu plus en amont. Une fois au Hourat, l’énergie de l'eau alimente les lignes électriques à haute-tension. La centrale gère également les vannes des barrages d'Artouste et de Fabrèges.
  • Patrimoine bâti

    L'architecture

    La fin du XVIII et le XIX siècles voient un accroissement considérable de la station thermale. Les bâtiments de cette époque présentent une architecture régionale. Les maisons sont construites avec la pierre du pays, constructions de trois ou quatre étages avec des toits en ardoises pourvus de lucarnes. Dans les années 1830, l’établissement thermal est reconstruit ainsi qu’une nouvelle église et la maison du gouvernement (actuellement la mairie). En avançant dans le XIXème siècle le style second empire apparaît. En 1861 la première pierre de l’hôpital militaire est posée par l’impératrice Eugénie. C’est à cette 2ème moitié du XIXème siècle qui connut une véritable fièvre thermale que nous devons les grands hôtels. L’hôtel des Princes aurait été construit en 1868 selon les plans d’Hausmann. A cette époque-là Eaux-Bonnes comptait une population de 750 habitants.
  • Site naturel

    Gourette

    L'office de tourisme et le domaine skiable proposent quantité d'animations pour découvrir le site de Gourette. Ne manquez pas de vous rendre à l'O.T pour vous renseigner.
  • Site culturel

    Le parcours d'interprétation

    Panneaux sur les mineurs, les forêts, les galeries, leurs usages anciens et…leur habitat actuel (chauves-souris), la voie de chemin de fer Le circuit est jalonné de panneaux consacrés aux mines de fer et les thématiques qui leur sont associées : les mineurs, les forêts, les galeries (fermées au public mais dont on peut découvrir l’entrée), leurs usages anciens et…leur habitat actuel (elles abritent des colonies de chauves-souris) ou encore la voie de chemin de fer qui permettait d’acheminer le minerai jusqu’à la gare de Coarraze-Nay. Prenez le temps de parcourir ces panneaux extrêmement instructifs ! Ils vous permettront de comprendre comment ce petit territoire s’est développé autour d’un gisement dont l’exploitation s’est achevée il y a plus de 50 ans.
  • Patrimoine bâti

    Eglise Saint Michel

    Une jolie église en direction des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. L’église de Mifaget se trouve sur la voie du Piémont. Construite par Gaston IV en 1114, elle est vouée à Saint-Michel, archange protecteur des pèlerins. Elle a conservé son portail de style roman. Son originalité réside dans sa crypte qui se présente avec une coupole en calotte creusée sous l'abside. Sa visite peut être accompagnée de commentaires audio à l'intérieur.
  • Patrimoine bâti

    La bastide de Bruges

    Au pied des Pyrénées, Bruges a été construite en 1357 par Bertrand de Pujols (vicomte de Foix-Béarn). Son nom vient de la ville flamande où G.Fébus séjourna la même année. L’architecture sobre et homogène reflète celle des maisons… Construite en 1357, la bastide de Bruges est une création neuve au plan très régulier. Place de 80 m de côté, lots allongés, typique des bastides tardives. Quelques maisons à arcades, architecture sobre et homogéne du piémont.
  • Patrimoine bâti

    Sainte Colome

    Le village, possède de belles maisons rurales du XVIe siècle ornées et décorées de sculptures et caractéristiques de l’habitat rural ossalois. Ruines d’un château ou « Maison Forte » du XIIIe siècle. Très belle église Saint Sylvestre du XVIe siècle (classée Monuments Historiques). Sainte-Colome est situé sur le chemin de Saint-Jacques en Ossau et marque la séparation de la voie du Piémont (GR78) et de la voie d’Ossau (GR108). Les pèlerins suivent la voie du Piémont en empruntant le « Cami dou Seignou … Le Chemin du Seigneur ». Très beau belvédère sur le village, le piémont et le massif du Rey depuis le site des trois croix côté nord, à proximité de la motte féodale.

Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.

Réserve naturelle nationale d'Ossau

La Réserve naturelle nationale d'Ossau a été créée en 1974 pour préserver ce qui constituait alors la dernière colonie de Vautour fauve française.

Pour protéger son patrimoine exceptionnel, les activités suivantes sont interdites toute l'année :
- bivouac 
- feu 
- survol à moins de 500 mètres autour de la réserve naturelle
- déchets
- cueillette et prélévement
- bruit et perturbation de la faune
- affut photographique

Les activités suivantes sont interdites du 10 janvier au 15 août :
- chasse
- chiens (même tenus en laisse)
- pénétration dans la zone

Un balisage des limites des deux entités de la réserve naturelle est matérialisé sur le terrain par le logo de la réserve.
Domaines d'activités concernés :
Aerien, Manifestation sportive, Toutes les activités, Vertical
Périodes de sensibilité :
janv.févr.marsavr.maijuinjuil.aoûtsept.oct.nov.déc.
Contact :
Structure gestionnaire : Parc national des Pyrénées, sous l'autorité du Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Contact : https://www.pyrenees-parcnational.fr/fr/formulaire-contact

En savoir plus


Source

Communauté de communes de la Vallée d'Ossau

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :